Même si vous n’êtes pas grimpeurs, les Calanques peuvent être une source de plaisir toujours renouvelée. Parce qu’on ne se lasse pas de ces points de vue plongeants vers nos belles Calanques et aussi parce que tous les Printemps, les Calanques reprennent des couleurs avec la floraison de dizaines d’espèces végétales.

Dans cet article vous découvrirez l’itinéraire d’une rando entre Cassis et Morgiou, l’idée étant de traverser le Massif en 2 étapes. Etape 1 Cassis – Morgiou. Etape 2 : Morgiou-Marseilleveyre. En se baladant au mois de Mai vous pouvez observer pas mal de plantes en fleurs, apprenez leur nom pour épater vos amis, vous passerez pour le Alain Barraton de service!

Attention 7H00 de marche ! Prenez toutes les précautions (eau,pique nique, chapeau, crème solaire, téléphone portable, carte de rando etc…) Organisez votre navette de véhicule ou votre retour en bus vers Cassis. Préparez votre itinéraire, il n’est décrit que sommairement ici.

 

Départ de La Calanque de Port-Miou direction Port-Pin et En Vau par le tracé bleu. Vous longez l’entrée d’En Vau en dépassant le refuge du Piolet. Déjà des bouquets rose-violet parsèment le paysage c’est Le lilas d’Espagne.

Le Centranthe rouge ou Lilas d’Espagne

 

 

En remontant le sentier principal depuis la plage, on suit à gauche la première bifurcation importante (en VERT) qui monte vers le belvédère d’En Vau. De là on gagne le Puits de l’Oule et on suit le tracé Vert qui descend vers la Calanque du même nom. Dans les pierriers, on peut repérer 2 petites plantes très colorées :

Coris de Montpellier dans un pierrier vers l’Oule

 

Germandrée polium en descendant vers l’Oule

L’heure du casse-croûte approche, nous remontons par un sentier raide vers le point de vue sur l’Eissadon. Le point de vue sur l’Eissadon. C’est l’occasion de décrire un petit massif bleu que l’on croise partout dans les chemins de Provence : l’Aphyllanthe de Montpellier.

Aphyllante de Montpellier en pique niquant à l’Eissadon

C’est le début d’une jolie traversée sur les crêtes vers le plateau du Devenson. Sur ce terrain très sec, on observe des Ombellifères. ça ressemble de loin à la carotte sauvage ou à la grande cigüe mais les feuilles sont très différentes : c’est un Laser de France. Là vous marquez des points avec les copains.

 

Laser de France sur le plateau du Devenson

Quand on a la main, il faut la garder et sur ce même plateau très sec, vous trouvez rapidement une petite plante jaune qui sent le curry : l’immortelle. Ménagez votre effet, c’est la classe assurée.

L’Immortelle 

 

Sans le savoir, vous marchez maintenant au dessus d’une face qui a connu de nombreux protagonistes  jusqu’à une époque récente. Je vous renvoie à l’ouvrage de Bernard VAUCHER (Des rochers et des hommes, 120 ans d’escalade dans les Calanques) pour tous les détails de ces ascensions. C’est la Concave. En descendant vers la sortie de la cheminée du CAF vous aurez ce point de vue:

La paroi de La Concave

 

De là il faut remonter jusqu’à croiser le tracé bleu qui permet d’aller vers le Col de la Candelle à l’Ouest ou qui descend vers Cassis à l’Est. Nous on continue vers le couchant, comme lucky luke. Et ouais…

Depuis le Col de la Candelle, vue vers le Sud Ouest

Comme partout dans les Calanque au mois de Mai, les cistes sont en fleur. On en repère 2 principaux : le ciste de Montpellier, à fleurs blanches et aux feuilles collantes (qui pèguent comme on dit chez nous) et le Ciste cotonneux aux feuilles duveteuses et aux fleurs souvent violettes.

 

Ciste de Montpellier 

Le Ciste cotonneux

Si vous faites la pause au Col, vous aurez peut être la chance de voir une cordée dans l’arête de Marseille sur la Grande Candelle, autre voie historique du Massif.

 

 

Une cordée sur l’Arête de Marseille, avant le fameux pas.

 

Arrivé ici, on a marché environ 5h00. On redescend alors vers Sugiton avec en point de mire le Cap de Morgiou qui s’avance dans la mer.

Le plateau de Morgiou en descendant vers Sugiton depuis le Col de la Candelle

Plusieurs sentiers existent pour descendre à Sugiton, on peut par exemple longer la Paroi des toits et ses voies déversantes (tracé rouge). Une petite montée à l’échelle avec vue sur les Aiguilles de Sugiton et c’est la dernière ligne droite jusqu’au Bar du petit Port de Morgiou. En chemin, une petite désescalade assez glissante et des astérisques maritimes pour fêter la fin de la rando.

 

Une Astérisque maritime à l’entrée de la Calanque de Morgiou

 

 

Pour poursuivre avec les plantes méditerranéennes : La Garrigue grandeur nature de Jean Michel RENAULT : très illustré et à l’échelle 1/1 s’il vous plait. Pour mettre dans le sac dans les Calanques, préférez « La flore et les sites des calanques » de philippe HIELY et Robert GIRAUD.

 

Erwan LE FLEM / CAMP 4